Network of those, Japanese and Algerians, who work together for the friendship and cooperation between
the two countries and two peoples
|  Japan Algeria Center FAQ  |  Commentaires  |   
Les Nouvelles
Informations
Ambassade d' Algerie
Series
Japon-Algerie
Nouveauxvenus
Les Nouvelles
L' Algerie et moi
Le Japon et moi
Ouvrages-articles
Liens
Commentaires



COMPTE RENDU D’ALGER

Alger, le 7 septembre 2009
Takeshi KAMITANI
Ambassadeur du Japon en Algérie

J’ai pris mes fonctions à Alger le 14 décembre 2008. C’était une journée hivernale, froide sous un ciel nuageux. Après avoir été bloqué dans un embouteillage terrible, je suis enfin arrivé à la résidence de l’ambassadeur.
Le printemps venant, les journées se sont faites plus belles. J’ai vu la ville blanche resplendir sous un ciel bleu, pleine de contrastes entre la mer bleue et le vert des feuillages. Et la nuit, j’ai admiré les clairs de lune.
 
Le territoire de l'Algérie s'étend du littoral méditerranéen et va au delà des zones montagneuses de l’Atlas jusqu’au désert du Sahara dans le sud.
Il possède sept patrimoines mondiaux de l’UNESCO : des ruines néopaléolithiques dans les sables du désert, des vestiges témoignant  de la grandeur et de la décadence de peuples tels que les romains de l’Antiquité ou ceux de certains royaumes musulmans. Tous ces héritages culturels sont encore vivants aujourd’hui.
Le 4 janvier 2009, j'ai remis mes lettres de créance au Président  Abdelaziz Bouteflika et j’ai officiellement assumé mes fonctions.

信任状捧呈(1月4日)

着任レセプション(1月28日)

L'Algérie est sortie de la période du terrorisme des années 90. Ces dernières années, les conditions politiques et économiques se sont stabilisées. Nous en sommes au stade où le Japon reconstruit ses relations avec ce pays.

En novembre 2008, une délégation du patronat japonais s’est rendue à Alger à l’occasion de la 6ème rencontre de la commission mixte économique.
Dernièrement, les entreprises japonaises ont obtenu des commandes portant sur de vastes projets tels que la construction de l’Autoroute Est-Ouest, celle des installations de GPL et de GNL et des usines de fabrications d’engrais chimiques.
Dans les années 70, 80, les relations économiques étaient prospères grâce aux activités liées à  l‘exploitation du pétrole et du gaz naturel. A cette époque, on comptait quelques 2000 ressortissants japonais, voire 3000 à certaines périodes. Toutefois, pendant la décennie du terrorisme, la stagnation des rapports entre les deux pays a vu décliner ce nombre. Il est cependant remonté aujourd’hui à plus de 900 ressortissants japonais.
Nous sommes à présent dans une situation où l’on peut espérer une évolution de nos relations bilatérales comme le témoigne la visite de la  Secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères, Madame Seiko Hashimoto, qui s’est entretenue avec le Ministre des Affaires Etrangères Algérien Monsieur Mourad Medelci en juin dernier.

橋本外務副大臣来訪(6月22日)

L'Algérie attend du Japon que ces relations soient durables, qu’elles se situent sur un pied d'égalité, se focalisant  sur une coopération dans le domaine de la technologie. Pour réaliser ces objectifs il faut une meilleure compréhension mutuelle à travers des échanges plus fréquents entre les interlocuteurs, et trouver des solutions aux empêchements éventuels qui restent aux niveaux administratifs et techniques. Ainsi, le Japon souhaite également que les relations se déroulent dans un  esprit d’amitié.

En avril 2009, les élections présidentielles ont permis au Président Monsieur Abdelaziz Bouteflika d’entamer son troisième mandat. Depuis qu'il a été élu en 1999, grâce à sa politique d'entente nationale et le renforcement des opérations de combat contre le terrorisme, le pays  aboutit à une situation sécuritaire plus stable. Le gouvernement a mis en place un plan de développement économique conjugué avec une politique de privatisation et a engagé des réformes touchant les finances, l’éducation et l’administration judiciaire. Au niveau international, la lutte contre le terrorisme a permis une amélioration des rapports avec les pays occidentaux et de ce fait, l’Algérie a consolidé son rôle de fournisseur de pétrole et de gaz naturel.
D’après les indices économiques, en 2008, le PNB par habitant était de 4681dollars, le taux de croissance, 2,4%, le taux d’inflation 4,5%, le taux de chômage 11,3%, l’excédent de la balance commerciale 40,6 milliards de dollars, la réserve des devises 14,31milliards de dollars, la balance de la dette extérieure 5,6 milliards de dollars.  Le problème de la dette extérieure accumulée est résolu et grâce à la hausse du prix de pétrole, la macroéconomie se porte bien.
Néanmoins, la part occupée par le secteur de l'hydrocarbure incluant pétrole et gaz naturel représentant 97 % des exportations, 78% des revenus financiers et 45 % du PIB, la non dépendance à l'hydrocarbure et la diversification de l’économie constituent un important objectif économique.

L'équipement de l'infrastructure, les petites et moyennes entreprises, l'agriculture, le développement du tourisme et l’emploi sont des thèmes importants. Ce sont aussi les secteurs où l’Algérie attend du Japon investissements et coopération dans le domaine technique.
Suite à la récession mondiale causée par la crise financière et face à la baisse du prix du pétrole et à son instabilité, l’Algérie met plus d’importance sur le développement de l'industrie nationale, ce qui amène le  pays à prendre des mesures de réglementation plus restrictives par rapport aux devises étrangères et à l’importation. Sur le plan économique, les relations se jouent essentiellement avec les pays occidentaux, mais on assiste aussi dernièrement à un rapprochement avec les pays d’Asie, surtout avec la Chine.
Avec les pays africains et arabes, les liens sont  étroits en raison de la proximité géographique, de même qu’on ressent une forte solidarité historique avec les pays non-alignés.

桜と平成の源氏物語展開会式

桜と平成の源氏物語展開会式

Compte tenu toutes ces circonstances, le Japon devrait s’appliquer avec l’Algérie pour un renforcement de leurs relations. Le développement de la coopération technique, l’amorce de négociations pour la conclusion d’un accord sur l’investissement, l’organisation de manifestations culturelles diverses, etc. sont à l’ordre du jour.
Pour ce faire, il est nécessaire de poursuivre une diplomatie active et  des échanges à haut niveau politique entre les deux gouvernements. L’effort conjoint des secteurs public et privé est également capital.

C'est ce qui m'amène à demander à vous qui êtes concernés,  votre collaboration.